TROIS QUESTIONS À Aurélien ROUSSEAU, PDG de la Monnaie de Paris

MONNAIE MAGAZINE :
QUELS SONT VOS OBJECTIFS POUR CETTE ANNÉE ?
Aurélien ROUSSEAU : « Nous devons retrouver un lien fort avec les collectionneurs. Le succès des euros à valeur faciale nous a un peu éloignés de notre socle de collectionneurs. Nous devons garder notre originalité et nous devons aussi écouter le monde de la collection. Les euros à valeur faciale ont été une réussite inouïe, mais après 10 années, ces produits sont plus matures, et cela nous impose de réfléchir à nouveau à notre positionnement. Nous avons en partie perdu la notion de rareté dans nos produits, et cet élément est fondamental pour soutenir leur caractère exceptionnel. C’est compliqué à réaliser car c’est aussi toute une culture qu’il faut changer. Il faut renouer avec la notion de rareté par les tirages, et aussi par le nombre de dénominations par série ».

MONNAIE MAGAZINE :
VERRA-T-ON UN « BULLION » FRANÇAIS EN 2018 ?
Aurélien ROUSSEAU : « Dans notre dernier plan stratégique, le sujet du bullion est évoqué. Nous avons une stratégie à 18 mois préalable aux actions à engager pour les 5 ans qui viennent, et cela fait partie des chantiers à ouvrir. C’est un sujet que nous évoquons mais c’est aussi un dossier risqué, donc il faut bien l’étudier. En effet, le sujet nous pose des questions : d’où vient notre première mise d’or, quid de la production industrielle… Le dossier est ouvert, avec l’autorisation du Ministère des Finances, mais nous devons l’étudier avec prudence, surtout que le marché du bullion évolue très rapidement ».

MONNAIE MAGAZINE :
ALLEZ-VOUS POURSUIVRE L’IMPULSION CULTURELLE DONNÉE PAR VOTRE PRÉDÉCESSEUR ?
Aurélien ROUSSEAU : « La culture, l’art contemporain et nos collections patrimoniales, sont désormais dans l’ADN de la Monnaie de Paris. C’est devenu l’une de nos activités importantes, cela a soutenu la marque et nous a aidés à avoir de la visibilité. Donc, nous continuerons ce programme d’expositions à un rythme soutenu. Nous utilisons aussi ces expositions pour grandir, pour évoluer techniquement, et pour faire avancer nos créations grâce au dialogue avec les créateurs. En revanche, je souhaite que nous soyons plus lisibles dans nos axes de programmation. Le premier est le travail du métal, et le dialogue avec les artistes qui s’y consacrent. Le second est le lieu où l’on mène une réflexion sur le travail des artistes femmes. Il faut davantage de clarté dans la programmation et plus de lien avec notre site parisien ».

Copyright Monnaie Magazine 2018 ©
Photo Monnaie de Paris ©

Category: INFOS A NE PAS RATER