Histoire de la monnaie de paris

Histoire de la Monnaie de Paris

Les fiches techniques donnent de précieux renseignements sur la monnaie, son histoire ses coutumes, ses pratiques et ses traditions… La culture numismatique est importante, elle va de pair avec la collection. Elle nous permet de pouvoir saisir toute la richesse et la profondeur de la numismatique. En ce mois de juin, nous vous présentons l’histoire de la Monnaie de Paris, l’institut émetteur français, qui a en charge la frappe de nos monnaies et médailles. Cette histoire très ancienne a permis à la Monnaie d’évoluer, pour changer plusieurs fois d’adresse au cours des siècles.

© Par François BLANCHET

Si les premières pièces métalliques sont apparues au VIIe siècle avant Jésus-Christ en Asie Mineure, les premières qui furent frappées sur le territoire que constitue aujourd’hui la France ne remontent qu’au Ve siècle avant Jésus-Christ, dans la région de Marseille et sur le pourtour méditerranéen. De copies en nouvelles monnaies, le système monétaire s’est perfectionné au fil des siècles. En 781, Charlemagne décide l’abandon du système romain, pour une nouvelle monnaie dont la base sera désormais le denier. Une nouvelle monnaie est née…

La Monnaie de Paris reste très certainement l’une des plus anciennes institutions françaises. Dès l’an 864, dans son Edit de Pîtres, le Roi Charles le Chauve décide de limiter la nombre des ateliers monétaires à 10, afin d’en assurer un meilleur contrôle : « je fais défense de fabriquer des monnaies en nul lieu si ce n’est au Palais ». On trouve déjà l’atelier monétaire de Paris, cité parmi les dix entités autorisées à battre monnaie. Avant Charles le Chauve, Charlemagne avait déjà senti la nécessité de centraliser les frappes monétaires. La Monnaie a été successivement installée au Palais de la Cité, puis sur la rive droite de la Seine, au Marais, à Saint Jacques de la Boucherie, puis rue de la Monnaie. C’est sous Louis XV, que la Monnaie est transférée sur la rive gauche, à son emplacement actuel, dans l’ancien hôtel de Conti. Ce bâtiment reste l’un des plus beaux monuments néoclassiques du XVIIIe siècle. Il est l’œuvre de l’architecte Jacques-Denis Antoine, à qui Louis XV a confié sa construction, de 1771 à 1775. L’édifice, en bord de Seine, offre une façade longue de 120 mètres, et s’élève sur deux étages.

100 Francs Charlemagne
« Charlemagne, représenté sur cette pièce de 100 Francs 1990, fut le premier à comprendre l’importance de la centralisation des frappes de monnaies »

Retrouvez cette pièce ICI

Au fil des lois…

Rattachée au Ministère des Finances depuis les lois des 22 et 23 Vendémiaire An IV (Septembre 1796), la directions des monnaies et médailles, gère la fabrication des monnaies françaises. C’est en 1358 qu’est née la structure juridique qui donna à la Monnaie toute son autorité : d’une part une administration avec un pouvoir de juridiction en matière monétaire, et d’autre part des ateliers placés sous le contrôle direct de l’Etat. Cette architecture a vécu jusqu’en 1879, date à laquelle deux lois sont venues réglementer la frappe monétaire, en stipulant que la fabrication des monnaies serait dorénavant exclusivement effectuée par l’Etat lui-même. Et c’est en 1973, que l’établissement de Pessac (Gironde) a vu le jour pour réaliser l’ensemble des phases de fabrication des pièces de monnaies courantes depuis la fonte des métaux bruts jusqu’au conditionnement final. A partir du printemps 1998, l’usine va mobiliser l’essentiel de ses forces pour fabriquer les huit pièces françaises en euro. A Paris, la Monnaie accueille dans ses murs depuis 1988, le Musée de la Monnaie.

Découvrez la collection 2018 de la Monnaie de Paris ICI

Category: ActualitéINFOS A NE PAS RATERMONNAIE DE PARISNOUVEAUTÉSNumismatiquePièces

Tags:

Article by: La Rédaction